• Chapitre 41

     Personne ne réalise ce qui vient de se passer... Le temps semble s'être figé entre nous. Hiroto s'écarte lentement de moi, et je reste pétrifiée sur place. Mon cœur s'arrête un instant, avant de s'emballer pour de bon.

    Chapitre 41

    Que s'est-il passé...?

     Le silence pesant qui s'est installé entre nous ou même le regard fuyant d'Hiroto auraient su y répondre. Moi, je refuse d'admettre la vérité. Ce n'est pas possible... Je tourne les yeux dans la direction de Koaku, qui parait catastrophé. Il bafouille : 

    - J'ai... Euh... Pardon, je ne voulais pas, je...

     Hiroto se tourne vers lui et lui lance un regard noir. Il ouvre la bouche pour lui lancer quelque chose que je n'entends pas, parce que je m'enfuie en courant. C'était assez soudain pour les surprendre, et j'avoue l'être moi aussi car je ne savais pas que je pouvais tenir debout aussi longtemps, avec mes jambes flageolantes. D'ailleurs, mon cœur battait déjà assez fort comme ça. Il commence à me faire un peu mal, et surement pas que à cause de ma course...

     

    (Hiroto)

     Je passe un ce ces savons à Koaku et, heureusement, il se tait. Heureusement pour lui. Il se contente de baisser la tête, honteux, alors que moi-même je sais très bien qu'il n'y est pour rien. Peut-être que j'en fais un peu trop, mais ça faisait un moment que j'avais envie de faire ça. Chaque minute qu'il passait avec Kilari me déstabilisait. En vérité, j'avais peur de la perdre, peur d'être remplacé... Mais maintenant, j'ai peur qu'a cause de ce qui vient de se passer, elle s'éloigne de moi... Non, ça ne se passera pas comme ça ! 

     Je tourne les talons et me dirige jusqu'à la sortie. J'ai l'impression de perdre un peu mon équilibre, alors je marche calmement. Enfin, presque. Au fond de moi, je rumine ma colère. La seule chose qui me permet de garder un minimum de contenance, c'est le visage de Kilari. Ses yeux, son sourire... et les larmes que j'imagine en train de couler. Je serre les dents et accélère un peu.

     

    (Kilari)

    Je passe en vitesse devant la porte de Seiji, mais je ne m'y arrête pas. Je ne suis pas encore prête... Alors je traverse le couloir, j'ouvre la porte de ma chambre à la volée et je la claque derrière moi. Je ne fais pas un pas de plus et je m'effondre sur le sol. Etrangement, je ne pleure pas. Je n'en reviens pas moi-même... Mais mon cœur chante une douce mélodie. Jusqu'à ce que, enfin, les paroles m'atteignent :

     

    Mon serment c'est qu'à jamais,

    je protègerai

    La fraicheur de ton beau sourire.

    Ces lèvres qui savent comment guérir

    Et consoler en douceur

    Mon pauvre cœur...

     

     Pour la première fois, j'en comprend réellement le sens. Je ferme les yeux et je me laisse bercer par le son de leur voix. Je ne pleure pas, je souris.

     

     (Hiroto)

     Je m'arrête devant la porte de la chambre de Kilari. J'appréhende cet instant où, ni l'un ni l'autre, nous ne saurons quoi dire... Je secoue la tête et prend une grande respiration, puis je lève la main pour frapper. Mais au dernier moment, je suspend mon geste. J'entend une voix douce, pleine d'émotion, qui fredonne doucement. Non. J'entend SA voix... Et elle fredonne l'air d'une de nos chanson, avec Seiji. J'en suis profondément touché et je reste là, devant la porte fermée, à l'écouter en silence. Je m'y adosse et mon regard se perd ensuite devant moi. Et lorsqu'elle a fini, elle prononce deux simples phrases qui, pourtant, me réconfortent :

    - Je sais que tu es là, Hiroto... Tu peux entrer.

    " Tu peux entrer " ? Je croyais qu'elle allait m'éviter toute la semaine ! Voire plus... Mais j'ouvre la porte.

    - Kilari...

    Elle se tient devant moi, les yeux baissés. Pas l'ombre d'une larme... Comment doit-je le prendre...? Elle murmure :

    - Je ne veux pas que ce qui vient de se passer ai... des conséquences sur notre amitié, Hiroto... Je...

    Elle ne finit pas sa phrase. Mes bras se sont refermés sur elle d'un geste tendre et protecteur. Elle vient de formuler exactement ce que je ressentais, ce dont j'avais peur, et elle a réagit de la façon la plus inattendue qui soit. Je souris. Je ne sais pas ce que j'aurai fais si elle m'avait repoussé. Je n'en sais rien. Kilari a un cœur, certes fragile, mais où j'aurai aimé y avoir une place irremplaçable... Seulement...

    Quand va-t-elle enfin se décider à le comprendre...?

    « Chapitre 40Chapitre 42 »

  • Commentaires

    1
    Mardi 21 Mars 2017 à 23:44

    SUPER CHAPITRE Naorycool . Hâte de voir la suiteyes

      • Mercredi 22 Mars 2017 à 12:16

        Merci ! (*^▽^*)

    2
    Mercredi 22 Mars 2017 à 07:12

    OMG Naory il est magnifique ce chapitre !!!!! *^* Tu sais bien joué Hiroto !! *^* Je vais prendre exemple sur toi !!! :D

      • Mercredi 22 Mars 2017 à 12:17

        Ah...? >.< Merci beaucoup Haru, ça me fait trop plaisir ! :D

    3
    Mercredi 22 Mars 2017 à 13:32

    De rien ! ^^ ♥

    4
    Merrylove
    Mercredi 22 Mars 2017 à 22:09
    Comme d'habitude rien a dire j'adooooore!!!!!
      • Vendredi 24 Mars 2017 à 18:02

        Merci ! :')

    5
    yaya chan
    Jeudi 23 Mars 2017 à 00:57

    OUAINNNNN CEST TROPPPP TOUCHAAAANT OUAINNNNN ALLER LE CHAPITRE  42 OUAINNNN BEAU TRAVAILLE NAORY OUAINNNNN

     

      • Vendredi 24 Mars 2017 à 18:01

        mdr x) Merci beaucoup à toi ! :D (Ouiiin c'est trop gentiiiil !! :)

    6
    Quelqun
    Dimanche 7 Janvier à 16:31
    C est la vrai histoire ??
    7
    Mercredi 10 Janvier à 18:33

    Coucou :)

    Alors non, ce n'est pas la vraie histoire, c'est une fan-fiction que Haru et moi avons écrite ! :p

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :